Pour les enseignants de la petite enfance

Pour les enseignants de la petite enfance

Les enseignants de la petite enfance doivent faire très attention aux points suivants

L’hémophilie étant une maladie rare, vous n’y avez probablement pas souvent ou jamais été confronté dans votre quotidien, au sein du centre de petite enfance. Si vous vous prenez en charge un garçon hémophile et que vous avez des questions ou des incertitudes, vous trouverez, ici, les informations les plus importantes.

Conseils pour une bonne préparation

  • Communication : il est essentiel d’entretenir une communication ouverte et régulière avec les parents. Parlez toujours aux parents de votre enfant, non seulement au moment de l’inscription, mais aussi pendant toute la période de garde. Au début, c’est le moment de clarifier les points les plus importants et de prendre les bonnes dispositions ensemble. Par la suite aussi, vous ne devrez pas hésiter à contacter les parents en cas de questions ou de doutes.
  • Joignabilité : demandez aux parents sous combien de temps ils peuvent se rendre à l’école maternelle en cas d’urgence. En particulier pour les injections de la préparation de facteur, il est recommandé que les domiciles et les lieux de travail des parents soient assez proches du centre de petite enfance. Il est primordial que puissiez les contacter à tout moment.
  • Patience : soyez prêt à faire face à vos propres incertitudes ainsi qu’aux inquiétudes des parents. Au début surtout, ils pourront avoir du mal à confier leur fils et ils poseront souvent des questions à son sujet. Il est donc très important de donner aux parents un sentiment de sécurité. Soyez patient avec eux et avec vous-même pour développer de bonnes habitudes .
  • Flexibilité : soyez prêt à faire face à des situations imprévues, tant en ce qui concerne les soins à prodiguer que le calendrier.
  • Pas de statut spécial : d’un point de vue juridique, dans les établissements d’enseignement, les enfants souffrant de maladies chroniques ne doivent pas être traités différemment des autres enfants. Ce principe devrait également s’appliquer aux interactions sociales : un traitement spécial ou une prudence excessive auront probablement pour effet d’isoler le garçon des autres enfants. Veillez à ce qu’il soit intégré dans le groupe malgré sa maladie.

Kindergarten

Traitement des blessures

Au centre de la première enfance, les jeux et les bousculades pourront causer des blessures. Les enfants hémophiles devraient en principe pouvoir participer à tout type d’activités, mais ils courent un risque accru de saignements. Discutez avec les parents de la manière avec laquelle vous devez procéder en cas d’urgence. Le plus important : informez les parents de chaque incident, aussi mineur soit-il (chute, choc, douleur, etc.) et surveillez le garçon en cas d’incident.

Cependant, vous n’êtes pas obligé de prévenir le médecin urgentiste ou le centre d’hémophilie immédiatement après chaque incident. Surtout si le garçon fait l’objet d’un traitement prophylactique de facteur, on disposera encore de suffisamment de temps pour les soins et la communication. Vous pouvez prendre en charge par vous-même les blessures sans gravité, du moins pour commencer. Si le saignement n’a pas pu être arrêté au bout d’un quart d’heure environ, vous devrez cependant en informer les parents  qui décideront des prochaines étapes.

Une blessure à la tête est une urgence absolue, par exemple à la suite d’une chute. Ce type de chute peut entraîner des hémorragies cérébrales mortelles. Dans ce genre de situation, les parents et le médecin urgentiste doivent toujours être immédiatement informés.

Vous devez également faire très attention aux signaux suivants :

  • Douleur : la douleur fait tout autant partie de l’hémophilie qu’une perturbation de la coagulation sanguine. Il faut donc accorder une attention particulière à la douleur chez les enfants souffrant de cette pathologie car elle indique un saignement et les enfants ne sont pas capables de les interpréter correctement. Si le garçon se plaint de douleurs, demandez-lui où il a mal exactement.
  • Ecchymoses : les ecchymoses indiquent également l’existence d’un saignement. Par conséquent, faites attention aux contusions visibles, comme par exemple après un choc, et signalez-les aux parents.
  • Signes de saignement : les hémorragies internes, par exemple dans les muscles et/ou les articulations, peuvent être très dangereuses car elles ne sont pas immédiatement visibles. Elles peuvent facilement se produire, surtout au contact d’autres enfants. Elles se manifestent généralement au niveau du coude, du genou, autour de la cheville, sur les jambes, les fesses et la cavité abdominale. Les symptômes sont les gonflements, un réchauffement, une mauvaise posture de la zone affectée ou des mouvements marquants et irréguliers de l’enfant.

Précautions à prendre au centre de petite enfance

  • Numéros d’urgence : les numéros de téléphone des parents (fixe et mobile), de l’ambulance d’urgence, du centre d’hémophilie et, le cas échéant, du médecin traitant de l’enfant doivent être conservés au centre de petite enfance. Il est préférable de garder ces numéros clairement visibles près du téléphone.
  • Trousse de premiers secours : les blessures mineures ne requièrent généralement pas l’intervention d’un médecin urgentiste, mais peuvent être traitées par les éducateurs à l’aide de pansements ou de bandages. Une trousse de premiers secours complète doit aussi toujours rester à portée de main.
  • Composé de facteur : en cas d’urgence, la préparation de facteur qui convient à l’enfant doit toujours être conservée au centre de la petite enfance. Pensez à vérifier la date d’expiration.
  • Carnet d’hémophilie : demandez aux parents du garçon une copie du carnet d’hémophilie. Il doit être disponible en cas d’urgence. Le certificat en cas d’urgence peut être obtenu en ligne auprès de notre zone de service. Vous pouvez l’imprimer immédiatement. Vous pouvez transmettre ce lien aux parents afin d’obtenir le carnet dans les plus brefs délais.
  • Guide : ces consignes vous aideront à garder une vue d’ensemble de la situation, même en cas d’urgence ou de situation mouvementée, et à assurer la prise en charge correcte de l’enfant.
    Remplissez le document avec les parents et placez-le avec les numéros d’urgence dans un endroit du centre de petite enfance facilement accessible à tous les éducateurs.

Administrer des médicaments ?

En tant qu’éducateur, vous n’êtes pas obligé d’injecter la préparation de facteur au garçon. Toutefois, si vous vous sentez en mesure de le faire, veuillez demander aux parents (ou à un professionnel de la santé) de vous montrer comment procéder. Si vous ne souhaitez pas assumer cette tâche, il est essentiel de prévenir les parents et/ou le médecin urgentiste en cas de blessure afin que l’enfant puisse recevoir le facteur de coagulation.

Le médecin traitant détermine quel analgésique l’enfant peut prendre car tous les analgésiques ne sont pas compatibles avec l’ensemble des préparations de facteurs. Il est donc essentiel que vous vous renseigniez au préalable auprès des parents sur l’analgésique prescrit à leur enfant.

Voyages : Planification et accord

Bien entendu, le centre de petite enfance peut également organiser des sorties ou des activités similaires si un garçon hémophile fait partie du groupe – après tout, le garçon fait partie de la garderie. Toutefois, voici quelques éléments à prendre en compte lors de la planification des activités : veillez à ce qu’elles présentent le moins de risques possibles de blessure ou de saignement spontané. Sinon, il est conseillé de proposer au garçon une alternative ou plusieurs possibilités disponibles pour tous afin qu’aucune exception ne soit faite par rapport à sa situation.

Dans tous les cas, informez à l’avance les parents du garçon du voyage prévu et discutez-en avec eux. Les jours les mieux adaptés sont ceux où l’enfant reçoit son supplément de facteur, car le risque de saignement est alors le plus faible. Un parent peut également souhaiter être présent en tant qu’accompagnateur.

Il est également important de prendre avec vous les numéros d’urgence, le carnet d’hémophilie, la carte d’assurance maladie et, si nécessaire, la préparation de facteur de l’enfant lorsque vous vous trouvez à l’extérieur du centre.