Conseils nutritionnels

Conseils nutritionnels

L'alimentation garantit l'harmonie du corps et de l'âme

Qui voudrait mettre un carburant inadapté ou de qualité inférieure dans sa voiture ? Tout le monde sait qu’avec un carburant de qualité, le moteur tourne mieux et, en même temps, le risque d’usure ou de dépôts dans l’ensemble du bloc moteur sera réduit au minimum. Il en va de même pour nous, les humains : »Vous êtes ce que vous mangez ». L’alimentation permet de se mettre et de se maintenir en forme.

Fondamentalement, en tant qu’hémophile, vous pouvez manger de tout. Contrairement à un diabétique, par exemple, vous n’êtes pas obligé de suivre un régime particulier. Mais ce que vous mangez chaque jour peut avoir une grande influence sur votre santé.

Les dix règles de la Société allemande de nutrition (Deutsche Gesellschaft für Ernährung, DGE) donnent une bonne première orientation vers une alimentation saine :

  1. Profitez de la diversité des aliments
  2. Fruits et légumes – en consommer cinq par jour
  3. Choisir des céréales complètes
  4. Compléter votre sélection avec des aliments d’origine animale
  5. Utiliser des graisses bénéfiques pour la santé
  6. Consommer du sucre et du sel avec modération
  7. Le mieux c’est de boire de l’eau
  8. Préparer les aliments de manière consciencieuse
  9. Manger avec soin et apprécier
  10. Surveillez votre poids et faites de l’exercice

Source : https://www.dge.de/ernaehrungspraxis/vollwertige-ernaehrung/10-regeln-der-dge/

Vous trouverez ci-après quelques conseils.

Un trio fort pour plus de puissance et de concentration : Fer, acide folique et vitamine B12

Les microsaignements, c’est-à-dire les petits saignements qui passent inaperçus, sont typiques de l’hémophilie. En raison de la perte de sang, le corps perd aussi du fer, de l’acide folique et de la vitamine B12. Ne pas manger assez peut provoquer les sensations de fatigue, d’épuisement et une certaine déconcentration. Un régime alimentaire riche en nutriments vous permet de lutter contre ce phénomène tout en renforçant votre système immunitaire.

Petite sélection d’aliments

Fer

Acide folique

La vitamine B12

Viande

Légumes verts (par exemple, épinards, chou frisé, brocoli)

Œufs

Thon

Salade (par exemple, mâche, endive)

Poissons

Lentilles

Les légumineuses telles que les pois, les haricots, les pois chiches

Lait entier

Céréales complètes, flocons d’avoine, millet

Cacahuètes

Viande de bœuf

Betterave

Mâche

Chanterelles

Courir plusieurs lièvres à la fois

Les aliments d’origine animale et végétale contiennent du fer. La viande fournit du fer bivalent avec une biodisponibilité élevée – le corps l’absorbe particulièrement bien. Le fer des aliments végétaux est trivalent et l’organisme doit le transformer en fer bivalent. Sans grand effort, vous pouvez veiller à une meilleure utilisation du fer que vous consommez :

  • Buvez un verre de jus d’orange à chaque repas ou mangez un fruit au dessert – la vitamine C favorise l’absorption du fer.
  • Certains aliments inhibent l’absorption du fer. Notamment le café, le thé noir et le thé vert, les boissons lactées, le cacao, le cola et le vin rouge. Il suffit de garder un petit intervalle de temps et de consommer ces boissons une heure avant ou une heure après un repas contenant du fer.

Une combinaison intelligente : Fer et acide folique

Le fer n’est pas le seul élément essentiel à la formation des globules rouges. L’acide folique joue également un rôle important. En mangeant également des aliments à forte teneur en acide folique, vous favoriserez activement la formation de votre sang. Les aliments contenant de l’acide folique sont la viande, les légumes verts et les salades, les légumineuses et les produits complets.

Ça marche comme sur des roulettes : Protéger les articulations

Le risque de développer de l’arthrite est plus élevé chez les personnes atteintes d’hémophilie que chez les non-hémophiles. La cause en est toujours une hémorragie dans les articulations du genou, de l’épaule ou de la cheville. Une fréquence accrue d’inflammations articulaires favorise l’usure des articulations. Avec le temps, le cartilage articulaire protecteur devient de plus en plus fin. Par conséquent, les os se frottent douloureusement les uns contre les autres.

Un régime alimentaire riche en nutriments contribue à la préservation du cartilage. Par le sang, les nutriments pénètrent dans le liquide synovial qui alimente le cartilage. En outre, certains aliments ont un effet anti-inflammatoire.

Ce dernier est surtout propre aux acides gras oméga-3. Ceux-ci sont présents en grand nombre dans les produits suivants :

  • les poissons de mer gras (par exemple, le saumon, le maquereau et le hareng)
  • les huiles végétales (en particulier l’huile de lin, de noix et de colza)

Ces produits ont aussi un effet anti-inflammatoire :

  • les substances végétales secondaires provenant des légumes, des fruits, des baies et des noix
  • Les épices comme le curcuma, le gingembre, le chili et la cannelle

Neutraliser des adversaires

Certains aliments ont un effet aggravant sur les inflammations et devraient être au menu le plus rarement possible en cas de problèmes.
Notamment :

  • le porc
  • les sucreries
  • les aliments à base de farine de blé

Manger de façon à protéger son foie : renforcer et soulager cet organe de désintoxication

Le surpoids, les mauvaises habitudes alimentaires et la prise de médicaments mettent le foie à rude épreuve. Dès l’enfance, de nombreux hémophiles souffrent d’obésité et stockent la graisse dans les cellules du foie (stéatose hépatique). Cela cause probablement d’autres maladies telles que la faiblesse des reins, l’ostéoporose et le diabète sucré de type 2.

Ce qu’aime le foie

  • Acides gras monoinsaturés et polyinsaturés, en particulier les acides gras oméga-3 L’huile d’olive et l’huile de colza, l’avocat et les noix contiennent des acides gras monoinsaturés. L’oméga 3, un anti-inflammatoire, est présent dans les poissons d’eau froide comme le hareng, le thon, le saumon ou le maquereau, ainsi que dans l’huile de noix, de colza et de lin. Les graines de chia sont également une bonne source d’oméga-3, tout comme les graines de lin locales.
  • Les salades telles que la roquette, la mâche, le radicchio, la chicorée et l’endive contiennent des substances amères qui stimulent l’activité du foie.
  • Les herbes, par exemple le thym et le romarin
  • Les épices, en particulier le curcuma et le gingembre
  • Produits à base de céréales complètes (fibres alimentaires)

Ce que n’aime pas le foie

  • L’alcool, la nicotine, les médicaments
  • Trop de sucre, glucose (fructose)
  • Acides gras saturés
  • Produits finis contenant des arômes, des colorants et des conservateurs artificiels (E + numéros)

Trop en quantité, trop gras, trop sucré : Surpoids et diabète sucré de type 2

Le manque d’exercice combiné à une alimentation malsaine est le facteur de risque numéro 1 de l’obésité et de diabète sucré de type 2. L’équation est simple : Toute personne qui absorbe plus de calories qu’elle n’en consomme a un surplus de calories. L’énergie non utilisée est stockée sous forme de dépôts de graisse sur le ventre, les hanches et d’autres parties du corps. Le métabolisme des personnes en surpoids est également irrégulier. Les substances messagères du tissu adipeux réduisent l’effet de l’insuline et le taux de sucre dans le sang augmente. Le risque de développer un diabète sucré de type 2 augmente.

Un poids trop important exerce également une pression trop grande sur les articulations. On parle d’obésité lorsque l’indice de masse corporelle (IMC) est d’au moins 25. Calculateur d’IMC

Si le coussinet adipeux se situe principalement dans la zone abdominale et augmente le tour de taille, cela déclenche des effets métaboliques particulièrement défavorables. Le rapport taille/hanche ne doit pas dépasser 0,9 pour les hommes et 0,8 pour les femmes. Pour calculer, il suffit de diviser le tour de taille de votre abdomen par celui de vos hanches.

Attention : L’augmentation du poids peut conduire à ce que les hémophiles doivent s’injecter davantage de médicaments de coagulation, car ceux-ci sont dosés en fonction du poids corporel, entre autres.

Prévenir l'ostéoporose : des os solides grâce au calcium et à la vitamine D

Des études montrent que les personnes atteintes d’hémophilie sont plus susceptibles de développer de l’ostéoporose que les non-hémophiles. Dans cette maladie, que l’on appelle communément perte osseuse, la densité et la solidité des os diminuent progressivement. Cela augmente le risque de fractures osseuses.

En plus de l’exercice régulier, une alimentation consciente assure également la solidité des os. C’est surtout le calcium et la vitamine D qui vous soutiennent. Le calcium est le matériau de construction le plus important pour les os. La Société allemande de nutrition recommande aux adultes de consommer 1 gramme de calcium par jour.

Des sources saines de calcium :

  • lait et des produits laitiers (fromage, fromage blanc et yaourt)
  • amandes
  • brocoli
  • tofu
  • l’eau minérale

La vitamine D est nécessaire à l’absorption du calcium dans les os. Pour produire cette vitamine, notre corps a besoin du soleil ou des rayons UV-B. Certains aliments fournissent également de la vitamine D – par exemple le maquereau, le saumon, l’œuf, le lait et le foie.

CONSEIL :

Une demi-heure de soleil par jour suffit pour alimenter notre corps en vitamine D, même lorsque le ciel est nuageux. Pendant une courte promenade, exposez votre visage, vos mains et vos avant-bras au soleil.

Vivez activement et savourez la bonne chair : Prévention des maladies cardiovasculaires

Avec l’hémophilie, la coagulation du sang est altérée, mais cela ne protège pas contre les artères bouchées ou durcies et les maladies cardiaques associées, comme on le soupçonne depuis longtemps. Particulièrement le surpoids, le diabète, l’hyperlidémie et l’hypertension artérielle sont considérés comme des lésions vasculaires. Si ces facteurs se combinent, le risque de maladie cardiovasculaire augmente.

Grâce à un exercice régulier et à un régime alimentaire équilibré, votre cœur battra toujours à un rythme régulier. Un poids normal et une détente suffisante soulagent le cœur.

Aliments conseillés pour le cœur :

  • des fruits et légumes
  • des produits laitiers à faible teneur en matière grasse
  • du poisson
  • de l’huile d’olive
  • de l’ail
  • beaucoup d’herbes, mais peu de sel pour l’assaisonnement

Voici ce qui met le cœur à rude épreuve :

  • viandes et charcuteries, notamment les variétés grasses et fumées
  • alcool
  • nicotine